Déconfiné ? Non, non juste « Décaféiné » !

 

En attendant la ré-ouverture des cafés, on vous suggère un petit « Décaféiné » : une chanson écrite par Hélène Couvert que  vous pouvez écouter ici

ou en passant près de la Brasserie Le Verschueren après avoir téléchargé l’appli https://izi.travel/fr/d7ed-sur-les-pas-des-ecrivains-a-saint-gilles/fr. Bonne dégustation !

Courage !

cop. J. Roussel

Avez-vous vu ce beau nichoir devant la Biblio ?  Il a été installé par Passa Porta dans le cadre du projet Courage.  Ouvrez les yeux lors de vos promenades : des nichoirs semblables ont été installés partout à Bruxelles dans des parcs, sur les devantures de librairies, de centres culturels, de bibliothèques…

Passa Porta a proposé à des autrices et auteurs belges et internationaux d’écrire quelques lignes sur le courage. Souvenir, signification personnelle voire culturelle, micro-histoire, anecdote ou réflexion plus métaphysique…  Marie Desplechin, Rachida Lamrabet, Geert van Istendael, Chika Unigwe, Ryoko Sekiguchi, Simon Johannin … : ils sont nombreux à nous avoir répondu.

Le texte dans le nichoir de la Biblio a été écrit par la poétesse belge Catherine Barsics.

Pour en savoir plus sur le projet, c’est par ici (clic)

Pour lire le texte de Catherine Barsics, c’est ici (clic)

 …

Horaire pour les vacances d’hiver

Voici notre horaire pendant les vacances d’hiver :

mardi 22 et 29 décembre : 14h – 17h

mercredis 23 et 30 décembre :
section jeunesse : 14h-17h
section adultes : 14h – 19h

N’oubliez pas de prendre rendez-vous en téléphonant au 02 435 12 40 !

Toute l’équipe de la Biblio vous souhaite de passer de douces fêtes de fin d’année.

Illustration :  Malo
Et aussi sur Instagram malo_pieds et sur Face book malo.pieds.illus

 …

Mention spéciale pour la qualité littéraire : Jean-François Drut

« Il a l’âge de ses rêves plutôt que l’état civil de ses artères… Amoureux des mots, il est persuadé que leur artisan doit s’effacer devant leur capacité d’évocation… »

 

 

Ecoutez la nouvelle « Le blaireau et le cerisier » lue par Louise Manteau et Frédéric Lubansu :

Attention passage de rennes à la Biblio !

 

Cet hiver, nous avons donné carte blanche à une de nos lectrices, l’illustratrice Malo pour décorer le comptoir de la section jeunesse.

Venez à la rencontre de ce sympathique troupeau de rennes et voyez comment ils passent joyeusement l’hiver.

Pour découvrir l’univers de Malo, c’est ici (clic)

Et aussi sur Instagram malo_pieds et sur Face book malo.pieds.illus

 …

Mention spéciale jeune auteur : Rafaël-Isaïa Greco

J’adore lire des BD, jouer aux LEGO et parfois lire des romans et des petits livres. J’aime la nature et les petits rongeurs et j’ai une petite sœur.

Je n’aime pas trop écrire mais j’adore inventer des histoires. Ma maman m’a parlé du concours.  Au début je n’avais pas d’idée puis j’ai vu mon LEGO hippogriffe. Et alors j’ai eu l’idée de faire un personnage hippogriffe et de faire que les coronavirus sont des personnages méchants. J’avais envie que l’histoire ne soit pas complètement dans le réel mais aussi dans l’imaginaire.

Plus tard, j’ai envie d’avoir des enfants et de les emmener dans l’espace ou de devenir explorateur ou scientifique mais c’est risqué alors peut-être faire des BD! J’ai 9 ans. Mais quand j’ai écrit ce texte, j’avais 8 ans. Je suis né le 9 août 2011.

 

Ecoutez la nouvelle « L’hippogriffe et le coronavirus » lue par Louise Manteau et Frédéric Lubansu :

Prix jeunesse : Adelchi Ghezzi

PRIX DE L’ECHEVINAT DE L’ENSEIGNEMENT

Je m’appelle Adelchi Ghezzi, j’ai seize ans, et je vis à Paris depuis mes cinq ans après avoir passé mes premières années à Rome. Ma mère écrivaine m’a transmis la passion de l’écriture et de l’observation (voire de la filature, si j’ose dire). Je consigne tous les jours dans des carnets variés ou sur mon téléphone des idées et des détails, sur les gens, une ruelle, ou le paysage.  L’idée originale pour Juste avant ses cendres a germé dans mon esprit le 1er août dernier. Je venais d’arriver chez mon père en Italie, et le démantèlement de la centrale nucléaire de Latina en banlieue romaine faisait la une des journaux. Un récit m’est alors apparu dans le train entre Rome et Civitavecchia, que j’ai immédiatement noté sur mon téléphone : « Dernière conférence – à bord d’un train pour Latina, je rencontre une physicienne nucléaire de génie (portée disparue) qui se rend à l’ex-centrale de la ville. Je l’accompagne, nous la contemplons ensemble et nous nous séparons » Deux semaines plus tard, j’ai découvert par hasard le concours de nouvelles de la Maison du Livre sur le thème de l’instant d’après. J’ai repris l’ébauche initiale du texte maintes et maintes fois, pour arriver enfin au récit de ce fatidique voyage en train du vingt-sept mars 2038, entre Rome et Civitavecchia.

 

Ecoutez la nouvelle « Juste avant ses cendres » lue par Louise Manteau et Frédéric Lubansu :

 …

Prix de la Maison du Livre : Sandy Pouvreau

PRIX DE L’ENGAGEMENT

Native de la Rochelle, j’ai quitté l’Atlantique pour Bruxelles il y a 20 ans. Educatrice spécialisée, j’ai exercé pendant une quinzaine d’années auprès d’un public d’enfants en situation de handicap. Aujourd’hui, je suis formatrice auprès d’étudiant.e.s qui désirent entrer dans cette profession. En pensant à mon rapport à l’écriture, je dirais qu’il est intimement lié à mon goût pour la lecture. J’aime plonger dans les ambiances lexicales, l’imaginaire, le fictionnel, les vécus. Ma nouvelle « En voie d’extinction » s’est construite assez naturellement lorsque j’ai lu la thématique du concours. Très vite des idées en rapport avec la situation que nous vivions et que je pouvais ressentir sont apparues : naufrage humain, perte de repères, solitude, détresse, invisibilité, voix réprimées. Le personnage de June incarne toutes ces fragilités générées et exacerbées par les tragédies humaines et sanitaires.

Finalement, « En voie d’extinction » aurait très bien pu s’intituler…… « En voix d’extinction ».

 

Ecoutez la nouvelle « En voie d’extinction » lue par Louise Manteau et Frédéric Lubansu :

 …